Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Branched | September 26, 2017

Revenir en haut

Haut de page

Soyez le premier à commenter cet article

"On a trouvé le modèle économique de la presse de demain!"

« On a trouvé le modèle économique de la presse de demain! »

| Le 1 avril 2015

visu presse demainBranched était l’invité ce matin même à Londres du Forum Universal of Cultural Knowledge, pour participer à une table octogonale sur l’avenir de la presse et des médias. Voici un récapitulatif des interventions de notre CEO et Head of Master Strategy, Dick Gitale, sous les questions perspicaces de l’animateur du salon.

Forum : Dick, chez Branched, vous avez lancé une nouvelle ligne d’activité B2B pour financer vos activités… dans la décoration je crois. N’est-ce pas un peu du hors média ?

Dick Gitale : Du tout. Notre constat est qu’à Radio-France, la CGT ou ailleurs, le marché des médias et réseaux dominants est une vraie niche lucrative pour tout fournisseur de services de type architecture d’intérieur, peintures murales, canapé moelleux et domotique de 3ème génération. Nous avons donc créé une filiale sur ce besoin clé, avec un label « éthique & durable ». Tous nos fabricants de meuble en tek et coussins en astrakan sont ainsi élevés au grain naturel et peuvent même sortir en plein air à la mi-journée.

Forum : Et vous vous appuyez aussi sur le « DTC », un mélange de data, troll et crowd je crois bien… qu’est-ce exactement ?

DG : Très simple. On a constaté que toutes ces truffes qui donnent de l’argent en ligne à des causes plus ou moins ineptes, ne vérifient pas derrière où va leur argent… Donc nous avons inventé un MSF (moteur de sollicitation financière) qui passe sa journée à poser des requêtes en masse (du data bombing) sur les plateformes de crowdfunding, en les sur-occupant de messages larmoyant (du troll sentimaling seduction). C’est imparable. Avec nos premiers pilotes, on s’est déjà payé deux Tesla de fonction pour nos stagiaires. C’est dire la marge de manoeuvre.

Forum : Reste alors le « SnapContent », une plateforme d’info et de publicité de la nouvelle ère éditoriale ?

DG : Oui, nous nous sommes dits qu’avec toutes ces plateformes de RTB et ces quantités astronomiques de pub online à revendre, on allait bientôt manquer de médias en ligne, de sites d’information et de blogs experts. Notre solution fabrique donc pour les professionnels de la pub -et à la volée- des médias online temporaires, à durée de vie limitée, qui s’auto-détruisent tout seul. C’est du CMS native responsive avec content shooting optimization. Cela sert à accueillir temporairement des pubs, qui du coup génèrent du clic massif au moment requis. On peut même tout programmer, jusqu’à 6 mois d’activité. Et tout le monde est content.

Forum : Une solution qui s’appuie aussi sur un « generating content access robot system », c’est bien cela ?

DG : Oui, on s’est dit que cette histoire de clics qui manquent toujours pour finir ses bilans mensuels, c’est un peu old school. Nous proposons donc des fermes de robots cliqueurs (robot clicing farming systems) dont la noble mission est de cliquer toute la journée sur les liens de nos clients B2B, fournis sur tableur Excel. C’est très fin, et grâce à l’A.I (intelligence artificielle) intégrée nativement, ils peuvent même simuler un vrai comportement de lecture humain : pour ça on les a rendu au moins aussi con qu’un lecteur masculin moyen de 18-35 ans, amateur de foot, de bière et sensible aux contenus porno.

Forum : Vous proposez aussi une toute autre approche, très originale, des formats dits enrichis…

DG : Absolutely true. Nos concurrents de la presse classique et les pure players ont tout tenté… formats longs, larges, webdocs, infographiques. Rien a marché. Nous, nous lançons le « Indeep content experience » : des articles lisibles mot à mot littéralement. Vous cliquez sur un mot pour accéder sur le second mot, puis le troisième, et ainsi de suite. Chaque mot = une page. Vous comprendrez que sur des papiers à plus de 500 mots, on explose littéralement le taux de clic et le taux de rétention du lecteur. En prime chaque page-mot peut être habillée de native advertising tout autour : y’a de la place à remplir, avec un seul mot par page ! C’est hyper bankable.

Forum : Mais je crois que votre plus belle invention, votre réelle innovation de rupture en terme de qualité de l’information, c’est la 3DNews…

DG : Je vois que vous êtes bien informé. Oui, nous avons conçu le premier casque 3D d’information immergée. Après tout, si les gens ne lisent plus la presse, n’achètent aucun contenu en ligne, ni ne cliquent sur les pubs, il faut leur imposer l’info directement dans le champs de vision. Il faut les placer au coeur de l’événement. Ca permet aussi de rentabiliser toutes ces feignasses de JRI et reporters de guerre encore vivants : on leur colle une GoPro sur le front, et vous pouvez vivre en 3D, ce qu’ils vivent sur le terrain, depuis votre smartphone dans votre fauteuil. De fait, là tout de suite, ça nous a conduit à créer une nouvelle collection documentaire très réaliste : « Vivre un burn-out et un licenciement : guide de survie ».

Forum : Vous ne préparez pas pour fin 2015 un projet encore plus révolutionnaire, au niveau de la diffusion de la presse ?

DG : Affirmatif. On s’est dit que tous les gens étaient équipés chez eux désormais d’imprimantes wifi. Nous avons donc conçus des « press drones », qui survolent des quartiers d’habitation, font relais 4G et délivrent par là des journaux quotidiens et newsletters, directement sur l’imprimante d’une personne. Le système se déclenche dès que votre souris passe sur un mot clé sur une page web. On vous livre le journal thématique directement en rapport. Et votre CB est débitée automatiquement. Si vous n’êtes pas satisfait de votre achat, le « press drone » vous envoie sur votre imprimante un formulaire de demande de remboursement à remplir en double exemplaire, en le renvoyant par Twitter avec un selfie de vous avec le journal reçu (faisant preuve de réception).

Forum : D’autres projets dans les cartons ?

DG : L’essor des solutions de bookmarking pour « lire plus tard » telles qu’Evernote nous a aussi amenés à nous interroger sur ce fléau du XXIIe siècle : on veut lire plus tard mais on n’a pas le temps ! Notre DSI travaille donc sur un bonnet de nuit connecté qui nous lirait la nuit tous les articles non lus le jour. Nous y voyons aussi un projet porteur pour l’Education nationale et la formation continue. Ce projet a tellement de ramifications qu’il pourrait intéresser aussi des Etats. La preuve, nous sommes entièrement subventionnés par la Corée du Nord sur ce développement. C’est dire l’intérêt qu’il suscite !

Forum : L’un de vos salariés travaillerait aussi sur une spin-off pour un produit de communication d’information innovant ?

DG : Nous confirmons. Avec le succès de toutes ces newsletters d’information par mail, on s’est dit qu’on pouvait très bien oser davantage encore, allez plus haut, frapper plus fort dans l’innovation débridée. Il a imaginé alors un support totalement inédit : le « PSP », pour personal shouting press. C’est une équipe de 2 livreurs humains, que vous pouvez commander à distance via une appli mobile, et qui vient vous lire un article de presse, une rubrique, ou tout un journal dans votre salon ou sur votre lieu de travail (si vous en disposez encore). Les premiers tests accréditent une très forte demande en zones rurales isolées, auprès de fermiers, et pour des PSP féminins. Nous essayons actuellement de les récupérer, pour pouvoir debriefer avec elles de leur expérience terrain.

Email
Print
Plus dans Business
perche selfie sun via kkoshy on flickr
iClips : la perche de smartphone pour revivre l’éclipse !

Business is business. L'éclipse du 20 mars 2015 vue depuis la France à peine révolue, a déjà généré son kit...

colifly drone
Un Belge invente le colis volant, livreur de drones

C'est inédit. Le jeune Oscar Beermooten, étudiant en faculté de sciences cognitives à Liège, vient de réussir cette semaine les...

Fermer