Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Branched | January 19, 2018

Revenir en haut

Haut de page

Soyez le premier à commenter cet article

Cashmion : le VTC du transport de fonds !

Cashmion : le VTC du transport de fonds !

| Le 5 janvier 2015

pic cashmion v2Jason Michetard n’est pas un idiot. Cela fait un moment que cet originaire de Roubaix lit sur Twitter les trending topics, et grâce à cela il apprend plein de choses au bar du coin. Comme par exemple que le business communautaire est en plein boom sur le web : avec les VTC par exemple, on donne de son temps libre si on a une voiture, pour transporter les gens moyennant finances. « On est pas taxi hein, c’est juste comme si que c’était juste pareil mais en moins cher et pour n’avoir du boulot quoi », témoignait à visage couvert, un VTC pris au hasard hier dans la rue.

Alors, avec quelques copains en libération conditionnelle, tout comme lui, Jason a imaginé un business qui pourrait vite faire tache d’huile : « Ben Momo a récupéré un vieux utilitaire Renault de par devant son daron, et il sait pas quoi en faire. Alors avec Toni j’ai eu l’idée qu’on le mutualise volontairement entre potes et avec moi comme chef. Pis qu’on dise aux commerçants alentour -par exemple au hasard sus nommé les banques- qu’on peut convoyer leurs fonds pour pas cher ».

Jason demande un coup de main à sa petite nièce Mirabella, qui leur monte un site web, une appli’ et une boutique en responsive design, le tout en quelques jours : l’enfant avait en effet bénéficié du programme « coder à l’école », expérimental dans sa région depuis octobre.

Reste le nom à trouver : c’est Irma, sa grand-mère, qui s’y colle. « Elle adore les mots fléchés dans Télé 7 Jours et France Dimanche ». Ce sera donc Cashmion, contraction audacieuse de cash et camion. « Et pas de moignon hein ! »

Achevée mais inédite, la proposition a eu de quoi surprendre au début. Mais elle a été bien reçue par l’écosystème dans le Nord de la France. Thibault M., chef-adjoint d’agence bancaire du voisinage, a accepté de nous répondre : « Nous avons reçu une publicité par mail, sur le lancement de Cashmion. C’était mi décembre, juste après le repas d’équipe à la cafétéria. Nous étions dans nos bilans de fin d’année, et une telle proposition à tarif réduit nous a bien intéressé, surtout au niveau de la DG régionale ».

Succès immédiat auprès des entreprises

A partir du 15 décembre, les demandes ont afflué au bureau nouvellement créé de la société Cashmion, sur la rocade est près Roubaix, qui s’est équipé d’une flotte de C5 récupérés de ci de là.  »On a pas arrêté ! « , s’emporte Jason. « On turfe sans arrêt pour aller chercher des fonds dans les banques, supermarchés, entrepôts… on prend tout ce qui vient, on dit pas non, on veut aider nous, avec notre temps libre et nos bras ».

Seul bémol : vu les tarifs très bas des prestations (19,99 euros par convoi), les délais de livraison sont beaucoup plus longs, comme le stipulent les contrats. Par exemple, aucun des premiers clients de Cashmion n’a encore été livré à date des fonds récoltés. « Ce n’est pas très grave », commente ce directeur d’un supermarché pour adultes consentants. « Avec mon banquier -aussi client de Cashmion- on se fait un prêt croisé intermédiaire, pour pré-compenser la livraison de fonds à taux variable usurier hebdomadaire. Un peu comme avec ma carte de crédit à débit différé, c’est super souple ! ».

Une présence au CES de Las Vegas

Bien sûr Bercy, la place Beauvau et surtout la WTF (World Transporteur de Fonds Fédération) s’inquiètent de ce business peu encadré encore. « Une commission d’enquête sera ouverte au printemps prochain, pour envisager à date les effets centraux et périphériques d’une telle activité collatérale », précise un élu local.

Contacté par Branched, le nouveau patron de la start-up (qui a déjà eu son portrait publié dans la presse locale), évacue ces critiques. « Que des jaloux ! ». Il n’en revient pas encore de ce succès fulgurant. Ira t-il au CES 2015 actuellement à Las Vegas ? « Tiens, on y avait pas pensé. Pas con du tout. Ouais, on s’ca… enfin on se rend en délégation de représentation promotionnelle à Las Vegas dans quelques jours, avec Momo, Toni et les gars. On part très vite, avec tout notre matériel de prez’ et des beaux costards. On va faire la fête croyez moi ! ».

C’est tout le mal qu’on souhaite à ce fier entrepreneur et son équipe. Encore la « FrenchTech » à l’honneur, pour son inventivité et sa créativité !

Email
Print
Plus dans Business
Personne n'avait rien remarqué d'anormal...
Il croyait co-worker depuis 2 ans, mais était dans une simple salle d’attente

Etienne Moutiflot n'en a pas cru ses oreilles quand on lui a montré le panneau, accroché au dehors du local...

header uber pop music v2
UberPop : la France fait interdire la pop allemande par erreur !

C'est une terrible méprise des services de traduction de Bercy, qui serait à l'origine d'un incident diplomatique sans précédent survenu...

Fermer