Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Branched | July 26, 2017

Revenir en haut

Haut de page

Soyez le premier à commenter cet article

Elle croit lever des fonds sur Ulule, mais créé un compte "hot" sur Ulla

Elle croit lever des fonds sur Ulule, mais créé un compte « hot » sur Ulla

| Le 15 décembre 2014

Parfois, bien prononcer un nom de start-up peut vous éviter des ennuis...

Parfois, bien prononcer un nom de start-up peut vous éviter des ennuis…

C’est la terrible méprise qui est arrivée à Penny B. jeune étudiante hollandaise de 23 ans, mordue d’aventures entrepreneuriales. Il y a un mois tout juste, elle a décidé de se lancer dans la grande aventure du web, et d’y lever des fonds. Un copain de la fac de Rotterdam lui parle alors d’Ulule, mais en batave, la prononciation fait plutôt penser au terme… Ulla. Pas de chance.

Le lendemain Penny passe par Google et tombe malencontreusement sur le service de rencontres coquines en ligne, tiré du célèbre « 36-15 Ulla« , très connu en France dans les années 80. Elle y créé sans plus tarder un espace interactif et c’est alors le début de ses soucis… Son projet est de créer en effet une bouilloire auto-chauffante à vibro-conduction; elle intitule donc son profil : « Hot vibrant tool for you guys », pour faire plus cool. Et elle prolonge d’une baseline des plus étonnantes : « Dutch girls do it better, c’mon & check me ».

On lui a dit d’exciter un peu l’attention du public, aussi à chaque seuil de dons monétaires demandés, elle associe comme il se doit des petits « cadeaux » très attractifs pense t-elle alors innocemment : « pour 5 euros, je vous fais un gros bisous »; ou encore « pour 10 euros, je vous caresse gentiment », etc, etc. Elle ne voit pas le mal, elle pense bien faire.

Mais la méprise ne va pas s’arrêter là. Et le sort s’acharne sur elle… Habitant la charmante petite bourgade de Leek, dans le nord des Pays-Bas, Penny renseigne le champs correspondant mais le service traduit automatiquement le terme en anglais, et publie… « Lick » ! Ce qui n’a pas tout à fait le même sens.

17806 commandes !

Les abonnés libertaires de la vaste communauté Ulla on line interprètent tout cela pour une invitation ferme, et -chauffés à blanc-  ils  se connectent en masse pour passer (de leur point de vue) des « pré-commandes » sur le compte de Penny. En une semaine à peine, la jeune hollandaise est déjà tributaire de 17806 commandes en ligne pré-payées.

Le responsable marketing de Ulla est formel : « Penny a bien signé notre disclaimer et tous nos CGU en connaissance de cause. Un deal est un deal. Elle s’est donc engagée à honorer les commandes passées par ses clients. Nous l’attendons de pied ferme dans nos bureaux pour passer quelques tests préalables, avant exécution des commandes ».

La jeune Penny serait actuellement en retraite dans un couvent islandais pour -selon son avocat- « mieux préparer son projet et réévaluer son business plan initial ».  Une médiation de la Chambre de Commerce locale pourrait être entreprise car « 17806 commandes à 50 euros en moyenne, ça fait quand même un sacré paquet de pognon !« .

Email
Print
Plus dans Business, Société
pic diplome 2
Il embauche toute une équipe projet pour définir sa start-up !

Paul Meunon est de cette race d'entrepreneur que rien n'arrête. Branched l'a rencontré la semaine dernière sur un atelier de...

header laser conscience
Un laser 3D de bonne conscience à l’essai !

Selon la plupart des études socio-économiques menées en Europe et dans le reste du monde, l'année 2014 serait notamment caractérisée...

Fermer