Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Branched | November 25, 2017

Revenir en haut

Haut de page

Soyez le premier à commenter cet article

Marketing : la filière du meuble réclamerait des royalties pour les "tablettes"

Marketing : la filière du meuble réclamerait des royalties pour les « tablettes »

| Le 2 septembre 2014

visu tablettes 2

« Le concept de tablette est-il immanent à toutes formes de tablettes ? »

Il n’ y pas de petit profit. Dans la conjoncture française actuelle, tout est bon pour rebondir sur les succès éclatants de quelques-uns, quand tant de projets et secteurs économiques connaissent des difficultés. Il en va ainsi de la filière des magasins de meubles, qui méditerait un « coup » envers les fabricants de tablettes.

Selon une note de travail datant de cet été et que nous avons pu nous procurer, le S.V.M (Syndicat des Vendeurs de Mobilier) envisage d’attaquer en justice les fabricants de tablettes tactiles pour (je cite) « détournement de terminologie commerciale » et « concurrence médiatique déloyale ».

Plus en détail, le S.V.M liste quelques motivations fortes comme : « le mot tablette a été dévié de son sens premier, décrivant une plus ou moins petite planche de bois naturel ou composite, généralement installée en hauteur sur un mur, pour fonction de rangement et/ou décoration ». Un peu plus loin, on lit : « Le mot tablette a été arraché sans aucune demande préalable à son patrimoine lexical et commercial d’origine. Ce qui constitue indubitablement un vol de propriété sémantique et donc une perte nette de chiffres d’affaires pour nos vendeurs ».

L’axe d’attaque serait que le sur-usage du mot tablette provoquerait une « confusion sémantique sévère », perturbant puis bloquant « le processus cognitif de décision d’achat ». En gros, les prospects ne pensent plus du tout aux tablettes classiques !

Il faut dire que les tablettes (mobilier) ne se vendent plus guère… -876% sur le premier semestre 2014, par rapport à l’année précédente. « Des enseignes fermes, des petits artisans disparaissent… c’est tout un secteur qu’on menace ainsi, et l’Etat ne fait rien pour nous écouter et nous défendre », conclut la note du S.VM.

Le syndicat constate, pour l’heure impuissant :  « les gens préfèrent bourrer leurs bibliothèques, ou laisser leurs affaires, livres, dossiers… en tas sur le sol ». Dans le même temps, les chiffres de vente des tablettes (tactiles) restent eux crâneurs et surtout leur usage s’installe dans les pratiques quotidiennes des Français.

Menace de class action ?

Le prochain épisode de ce contentieux sera donc très intéressant à suivre. Car d’autres acteurs seraient susceptibles de rejoindre le mouvement : comme les magasins de bricolage, vendeurs eux aussi de ces tablettes de décoration et de rangement… même si avec des promotions différentes, par exemple 3 tablettes pour le prix de 2.

Class action, le mot va t-il être prononcé ? Il est vrai que les fabricants de voitures et d’avionique pourraient aussi revoir leur stratégie d’équipement et de marketing, au niveau des sièges pour les passagers arrières. Dans un tout autre registre, les laboratoires pharmaceutiques et fabricants de chewing-gum pourraient être aussi impactés…

Charles Déridé, consultant philosophe joint par Branched, ponctue : « Cette affaire frappe nos consciences au coeur de la psyché digitale collective. Le concept de tablette est-il immanent à toutes les formes de tablettes connues ? Une tablette que je vois est-elle bien une tablette, là au devant de moi, ou juste l’apparence trompeuse que nous en percevons ? ».

Email
Print
Plus dans Business, Informatique
header branched top5 v2
Le Top 5 estival des articles technos de Branched

Cet été, vous avez été encore nombreux à emporter vos smartphones, tablettes, ordinateurs portables... sur la plage sous le parasol....

visu netfix extract of c.rebler on flickr
Netfix : l’autre Américain qui veut s’imposer sur la VOD en France

Alors que le feu des projecteurs est braqué sur l'industrie de la vidéo en ligne, peu ont noté qu'une autre...

Fermer