Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Branched | January 19, 2018

Revenir en haut

Haut de page

Soyez le premier à commenter cet article

Netfix : l'autre Américain qui veut s'imposer sur la VOD en France

Netfix : l’autre Américain qui veut s’imposer sur la VOD en France

| Le 22 juillet 2014

visu netfix extract of c.rebler on flickrAlors que le feu des projecteurs est braqué sur l’industrie de la vidéo en ligne, peu ont noté qu’une autre start-up américaine se propose de renverser un autre business de la vieille Europe encore plus profondément ancré. Son nom : Netfix. Sa spécialité : la « VOD », ou « volonté on demand ». L’Américain entend « déverser des millions d’heures de programmes » décisionnaires et volontaires sur la France dès septembre, « qui en manque bien » selon lui.

Les Américains ont en effet depuis longtemps noté que l’Europe est ingérable du fait de son indécision permanente et son manque de volontarisme (sauf Allemagne), soufferts à tous les niveaux institutionnels et managériaux. « Or, une décision, une volonté, c’est parfaitement déclinable en algorithme. Il suffit juste d’y coller au derrière la puissance de tuyaux d’idées conséquents », avait déclaré lors de son lancement Jason Bourde, CEO de Netfix.

Branched a pu rencontrer le responsable la semaine dernière à Genève. Interview.

Branched : Netfix s’est imposé en peu de temps aux USA. Quel est son secret ?

Jason Bourde : C’est simple, comme notre nom l’indique notre job c’est de régler (fix) rapidement (net) tous les problèmes humains. Ce à quelque niveau que ce soit : personnel, familial, voisinage, CAC 40, gestion des Etats. En un mot : nous décidons à la place des décideurs qui n’osent plus le faire, ou n’en ont plus les moyens. Nous vendons de la volonté à l’état brut et à la demande.

Branched : Mais comment ça marche concrètement ?

Jason Bourde : Simple. Nous avons combiné toutes les bases de données, apports du crowd-sourcing, du mass-market, des sites scientifiques, des algorithmes expérimentaux de l’Armée et de la NSA, des informations récupérées de la zone 51, etc. pour produire une BIGPUT (Base d’Information Globale des Problèmes Universels). Nous avons aussi agrégé près d’un milliard d’heures de programmes télévisés premium !

Le fonctionnement du service est très simple : en échange d’un abonnement mensuel, Netfix permet aux internautes de regarder en streaming une importante sélection de décisions et de volontés, de manière illimitée. C’est crucial pour des êtres et organisations qui n’y sont plus habituées depuis longtemps.

Après un autre algorithme calcule la meilleure option à jouer, et comme BIGPUT est connectée à tous les systèmes informatiques décisionnels mondiaux, ça se transforme en action.

Branched : Génial ! Mais… c’est pas un peu forcé tout ça?

Jason Bourde : Du tout. Nous avons exploité une faille sécuritaire au niveau des sites internet de rencontres coquines très usités en entreprises et en collectivités locales, d’après nos enquêteurs.

Branched : Top, mais c’est pas un peu bidon tout ça ?

Jason Bourde : Pas du tout. Faisons un test sur vous même. Vous êtes petit, pas très beau et exercez une profession (le journalisme) en voie de disparition. Vous êtes donc un looser sans volonté aucune. Je vais taper votre problème dans la base… (il tape), le système cherche (il cherche) et voilà la solution idéale. Il a été décidé de raccourcir le traitement médical de votre vieille tante du Périgord : vous allez hériter de sa fortune, et votre situation est réglée. Autre question ?

Branched : Heu, tout ça n’est pas très légal au fond ?

Jason Bourde : Si, tout à fait. D’abord parce que nous avons mutualisé aussi les bases de données juridiques mondiales pour crowd-rédiger des CGU en béton. Ensuite parce que nous avons fait signer à tous les Etats et conseils d’administration de la planète un disclaimer, qui indique clairement que nous ne sommes responsables de rien mais comptables de tout.

Branched : C’est à dire… quel est votre modèle économique ?

Jason Bourde : L’abonnement comme je vous l’ai déjà dit. Nous avons commencé par les grandes organisations internationales (type Onu, Unesco) et les gouvernements. Ils ont très bien accueilli notre proposition commerciale en promotion spécial cet été. Surtout après leur avoir expliqué que si nous déconnections notre système, tout s’écroulerait par effet de dommage collatéral.

Branched : Et pourquoi viser la France alors, dès septembre ?

Jason Bourde : Hé bien parce que de tous les pays prospects que nous avons identifiés en phase avant vente, vous êtes historiquement le plus propice à ne rien faire, à laisser tout aller, à dire une chose et appliquer son contraire, à élire chroniquement des responsables paralysées par les masses sociales… Vous êtes un mélange de volonté molle, de décisions inaptes et de luxe so frenchy. C’est un terrain idéal pour notre solution de VOD !

Branched : Quel est la next step, puisque votre business model semble validé ?

Jason Bourde : Clairement, l’argent. Nous étudions la possibilité de lancer d’ici le mois prochain Netfric, sur un concept voisin. Récupérer et déverser les tonnes d’argent laissées inutilisées dans le monde, notamment les placements d’épargne. Mais je ne peux rien dévoiler encore, pour ne pas alerter le système bancaire.

Email
Print
Plus dans Business
SONY_WM-D6C
Numérique et Vieilles Charrues : déjà le Off du Davos de la musique digitale

De notre envoyé spécial à Carré-ment Web Festival Ils étaient venus, ils étaient tous là. Dans un bel élan collectif,...

extract from d.corner on flickr
Le kit techno pour 1 garde à vue et 1 mise en examen réussies

L'été arrive et avec lui son cortège de moiteurs, vacanciers énervés, émissions tv rediffusées et aussi de gardes à vue...

Fermer